Menu
Afficher informations supplémentaires

Hanns-Seidel-Stiftung im Web 2.0

Questions fréquemment posées

Qui était l’homme qui a donné son nom à la Fondation Hanns-Seidel ?
Hanns Seidel (1901-1961) a cofondé en 1945 l’Union chrétienne-sociale (CSU), il a été le président de ce parti bavarois de 1955 à 1961 ; élu pour la première fois à la Diète de Bavière en 1946, il occupera successivement les fonctions de ministre bavarois de l’économie (1947-1954) puis de premier ministre de la Bavière (1957-1960). Hanns Seidel était à la fois un stratège clairvoyant et un réaliste. Modeste par nature, Hanns Seidel mérite bien le titre « d’architecte de la Bavière moderne ». Pour la Fondation Hanns-Seidel, son nom demeure synonyme d’un cap à maintenir, et son existence éprise de foi chrétienne un exemple impressionnant.

Quand la Fondation Hanns Seidel a-t-elle vu le jour, et qui l’a fondée ?
Dans le sillage d’une tendance alors générale à la création de fondations proches des partis respectifs, les membres de la CSU se livrèrent à des réflexions stratégiques en ce sens. Franz Josef Strauss fut celui qui fit progresser décisivement ces réflexions. C’est en 1966 que siégea à Munich, sous la présidence de Fritz Pirkl, ministre d’État, l’assemblée constituante de la Fondation Hanns-Seidel (association déclarée). L’assemblée des membres élit Pirkl à la tête d’une présidence composée de sept membres. L’inscription au registre des associations de Munich eut lieu le 11 avril 1967. Fritz Pirkl demeura président de la Fondation Hanns Seidel jusqu’à son décès soudain en août 1993.

Qu’est-ce qu’une « fondation politique ? »
L’expression « fondation politique » remonte à la création, en Allemagne d’après-guerre, de fondations proches des différents partis politiques. Leur proximité vis-à-vis d’un parti politique ne saurait toutefois masquer le fait que ces fondations sont d’une manière générale ouvertes à chaque citoyen d’Allemagne, qu’elles ne pratiquent pas une politique partisane mais œuvrent au contraire à promouvoir la démocratie. Parmi les fondations politiques établies figurent en Allemagne, outre la Fondation Hanns-Seidel Stiftung, également la Fondation Friedrich Ebert, la Fondation Friedrich Naumann, la Fondation Heinrich Böll et la Fondation Konrad Adenauer.

Quels sont les objectifs et la mission de la Fondation Hanns-Seidel ?
Les objectifs de la Fondation Hanns Seidel sont définis dans ses statuts. Parmi eux figurent les suivants : promouvoir l’éducation démocratique et citoyenne du peuple allemand sur une base chrétienne, promouvoir l’éducation, l’enseignement populaire et la formation professionnelle, encourager la formation scientifique des surdoués, encourager les sciences et la recherche scientifique, promouvoir la réflexion internationale et la compréhension entre les peuples, promouvoir l’unification de l’Europe et l’aide au développement dans le monde entier.

Quelle est la forme juridique de la Fondation Hanns Seidel ?
La Fondation Hanns Seidel est une association déclarée. Au premier abord, cela peut paraître contredire sa forme juridique. Il y a un motif historique à cela : pendant les jeunes années de la République fédérale d’Allemagne, la diète fédérale avait débattu sur la mise en place de fondations politiques ou proches des parties politiques. Il avait d’abord été prévu de doter toutes les fondations d’un certain capital destiné à financer leurs tâches. Ce plan originel fut abandonné en faveur d’une attribution continuelle de fonds indexée sur les résultats obtenus aux élections parlementaires par les partis dont elles sont respectivement proches. Les organismes que le débat public qualifiait déjà de « fondations politiques » furent consécutivement fondés sous la forme d’associations déclarées.  Dans l’intervalle, la plus haute instance judiciaire a confirmé l’admissibilité de cette forme juridique à première vue équivoque.

Comment la Fondation Hanns Seidel se finance-t-elle ?
La Fondation Hanns Seidel reçoit des fonds du Bund, de l’État libre de Bavière ainsi que d’autres donateurs. Les droits de participation et les dons constituent une autre source, mineure, de financement.