Menu
Afficher informations supplémentaires

Hanns-Seidel-Stiftung im Web 2.0

Biographie de Hanns Seidel

Hanns Seidel est né le 12 octobre 1901 à Après le baccalauréat, Hanns Seidel fait des études de droit, de lettres et d’économie aux Universités de Wurtzbourg, Fribourg-en-Brisgau et Iéna. Il obtient en 1929 son titre de docteur en droit et s’établit comme à Aschaffenbourg. En 1932, il entre au Parti populaire bavarois (BVP) et se porte candidat un an plus tard aux élections municipales d’Aschaffenbourg. Après la prise de pouvoir par le NSDAP, Seidel est conduit en détention « par mesure de sûreté ».  Bien que ne plaisant guère au régime pour avoir à plusieurs reprise défendu des Juifs, Seidel parviendra a très bien s’établir comme avocat d’affaires. De 1940 à 1945, Seidel participe à la guerre et quitte l’armée comme d’une division blindée.

N’ayant commis aucun délit politique, Hanns Seidel est nommé par le gouvernement militaire américain sous-préfet d’Aschaffenbourg ; en 1946 il se porte candidat, pour la CSU, à l’assemblée constituante du Land et à la Diète de Bavière. En septembre 1947, le premier ministre de Bavière Hans Ehard nomme au poste de ministre de l’économie bavaroise un expert en la matière : Hanns Seidel. Après les élections de la diète en 1950, Hans Ehard confirme Hanns Seidel dans ses fonctions de ministre d’État. Seidel doit quitter ses fonctions après l’élection de la diète en 1954, une coalition de quatre partis (SPD, FDP, BP et GB/BHE) ayant pris les rênes du gouvernement et forcé la CSU a occuper les bancs de l’opposition. Le groupe parlementaire CSU à la diète bavaroise nomme Hanns Seidel son porte-parole et chef de l’opposition. Vu que Seidel considérait l’éducation politique décisive dans le processus d’édification et de préservation d’un État démocratique, il accepta de siéger au conseil d’administration de l’Académie d’éducation politique tout récemment fondée à Tutzing.

En janvier 1955, l’assemblée bavaroise de la CSU élit Hanns Seidel nouveau et entame sine die la modernisation et la réorganisation du parti CSU jusqu’à présent négligée. Lorsque se brise la coalition des quatre partis en octobre 1957, la CSU réintègre le gouvernement et la Diète de Bavière élit Hanns Seidel au poste de La population honore ainsi les compétences de Seidel, son style conciliateur, et confère à la CSU lors des élections parlementaires de 1958 son meilleur résultat électoral (pratiquement 50 % des voix) depuis 1946.

En janvier 1960, Seidel doit au regret général se démettre de ses fonctions de premier ministre en raison d’une blessure accidentelle au dos ; un an plus tard, force lui est de quitter le poste de président de la CSU.

Le 5 août 1961, Hanns Seidel décède des suites de sa blessure. Quelques mois plus tard commencent les travaux de planification d’une fondation proche de la CSU et qui portera le nom d’Hanns Seidel, l’homme auquel la CSU devait tant.